Nourreska

ImmobilierMaroc :le ralentissement de la demande à l’achat Immobilier: Le locatif profite du ralentissement de la demande à l’achat

Casablanca : La taille du marché du locatif est inférieure à celle de l’acquisition

Mais les professionnels ( agents immobiliers ) rapportent que la location affiche bonne dynamique, profitant justement de l’atonie de l’immobilier à l’achat.

Si l’atonie globale du secteur immobilier n’est plus un secret, le marché du locatif résidentiel affiche une meilleure mine, justement en raison des difficultés que connaît le premier segment.

« La taille du marché locatif est toutefois inférieure à celle du marché de l’acquisition », nous explique www.nourreska.com « La tendance général au Maroc est globalement et naturellement  à l’acquisition.

Cela étant, l’ intérêt croissant de la demande pour la location est du a la  conséquence de la cherté des prix de l’acquisition ».

nous constatons que  les prix de l’immobilier résidentiel à l’achat ont globalement augmenté ces dernières années, sans que le niveau des revenus des  nouveaux consomateurs utilisateur des logements résidentiels  ne suive.

On confirme avoir également observé l’engouement croissant pour la location, et ce sur tous les segments: « Les personnes qui ne peuvent pas acheter se rabattent automatiquement sur la location. De leur côté, les propriétaires qui n’arrivent pas à vendre mettent leurs biens en location en attendant une reprise de la demande » afin d’essayer de rendre plus fluide le marcheé et de ne plus rester sans revenus !

La croissance de la demande pour la location n’a toutefois pas engendré une envolée des prix des loyers: « Les prix de la location sont restés stables ces dernières années.  Nous assistons a une offre bien fournie de logement notamment sur Casa Anfa .

Bien évidemment, tout dépend de la qualité du bien, les appartements neufs et bien entretenus se louent à des prix plus chers.

On  constate en généra plutôt une baisse des prix à la location pour habitation, estimant que l’arbitrage des propriétaires en faveur de la location plutôt que la vente conduit à « une offre conséquente ».

La tendance est toutefois différente selon les villes: « Des villes comme Casablanca ou Rabat sont naturellement plutôt orientées vers la location, vu que ce sont des marchés plus matures et plus mobile que les autres villes du Maroc .

Louer en attendant des jours meilleurs

Il faut dire que sur de multiples fronts, la location semble avantageuse dans des temps où l’acquisition pour les demandeurs, aussi bien que la vente pour les propriétaires, semblent ne pas être des options financièrement intéressantes.

C’est surtout le cas pour les éventuels acquéreurs qui, à l’heure actuelle, ne disposent pas de suffisamment de moyens pour acheter: « Lorsque vous êtes jeune par exemple, il faut se constituer un capital pour pouvoir acheter, et en attendant la location se présente comme un choix intéressant », explique http://www.nourreska.com

Au Maroc, nous sommes éduqués à penser qu’il faut absolument acheter, et que la location est de l’argent perdu, jeté par les fenêtres, ce qui est une image erronée. Le montant du loyer peut correspondre des fois au montant de la traite en cas d’acquisition. Mais il faut avoir une approche plutôt financière et non émotive ou affective.

On affirme que la demande pour l’achat n’est pas près de redécoller et que « l’immobilier reste difficilement accessible », en dépit de différentes incitations pour le redynamiser.

La frilosité et l’attentisme des éventuels acquéreurs, en plus du ralentissement économique, expliquent l’atonie du marché à l’acquisition. Mais nous estimons que la vraie problématique n’est autre que la capacité de financement des acquéreurs.

« Les gens n’ont pas les moyens d’acheter » avance-t-il. « Les chiffres officiels indiquent qu’il y a une demande estimée à 1,5 million de logements, avec une augmentation structurelle d’à peu près 200.000 unités par an. C’est quand même beaucoup. Mais sur cette demande, près de 75% porte sur des budgets inférieurs à 140.000 Dhs ».

En conclusion  nous affirmons : « En dépit d’une baisse constante des taux des crédits, ces derniers restent chers. Les gens n’arrivent pas à emprunter et ne peuvent même pas se constituer un capital. La solvabilité de la demande est un réel problème ».

A quand la mise en place d’incitations fiscales et d’épargne a long terme

pour aider les primo accédants ?

 


Partagez :


Nos dernières offres Location / Vente