Comparer les offres

Comparer
Vous ne pouvez comparer que 5 offres, toute nouvelle offre ajoutée remplacera la première de la comparaison.

Immo News Blog

Secteur Immobilier Maroc 2022 , encore une autre année de crise en vue ? ?

L’immobilier marocain toujours malade 

 

Le secteur immobilier va (toujours) mal

Ce constat ne date évidemment pas d’aujourd’hui, il est existant depuis quelques années déjà.

Cette situation s’est aggravée bien avant la pandémie Covid-19 ainsi ce secteur souffre de manque de visibilité.

Il semble qu’actuellement, la relance tant escomptée tarde toujours à venir et apparemment a court terme rien ne présage d’une quelconque possibilité de redressement de la situation locale.

PERSPECTIVES MAROCAINES 2022 ET +

L’AN 2022 reste jusqu’à présent une année peu prometteuse pour les propriétaires de biens immobilier. Cette situation est encore plus difficile pour les professionnels du marché et notamment pour les promoteurs constructeurs dans le neuf .

Suite a la crise Ukrainienne ,la hausse des prix des matériaux de construction met à mal les chantiers de construction et freine souvent le cours normal de certains.

La conjoncture inflationniste est certainement impactante, avec la guerre en Ukraine qui n’a fait, qu’aggraver la situation de ce marché où la dynamique réagit facilement au rythme de l’inflation et de la hausse des prix des carburants et de la logistique.

On le sait, les matériaux tels que le béton, l’acier, le verre, la ferraille, le ciment et autres briques essentiel pour la bonne fin de chantier connaissent aujourd’hui une flambée de prix sans précédent.

Pour l’acier, l’un des matériaux les plus importants pour le béton armé, le kilo a atteint 12 Dhs, alors qu’il était aux alentours de 10 Dhs, voire 9 Dhs, avant la guerre en Ukraine.

Selon l’Association Marocaine des sidérurgistes (AMS), le prix de la tonne est actuellement fixé entre 10.500 et 11.000 Dhs, alors qu’il était de 9.000 à 9.500 Dhs une année plus tôt.

Pour la ferraille, utilisée par la majorité des producteurs de rond à béton, son prix a également augmenté en raison de la hausse des tarifs du minerai de fer. Au niveau du marché marocain, ce produit, qui se vendait à 2.600-2.700 Dhs la tonne, se vend aujourd’hui à 4.200-4.500 Dhs la tonne, car à l’international son prix a doublé passant de  250 euros la tonne à presque 500 euros.

Le rond à béton a pour sa part atteint 13.000 Dhs la tonne, alors qu’il était à 6.200 Dhs la tonne avant la crise sanitaire.

Même constat du côté des prix du bois et du ciment.

Le prix de la brique est passé à 2 Dhs, alors qu’elle était à 1,20 Dhs.

Outre cette flambée des prix des matériaux de construction, le secteur des constructions est également confronté à la pénurie de certains produits vitaux tel le Verre et l’Aluminium.

Du côté des professionnels, l’inquiétude monte d’un cran.

Dans un communiqué, la FNPI prévoit un ralentissement de l’activité de plus de 50% après les fêtes du Ramadan. Par la même, elle déplore la flambée des prix des matériaux de construction ainsi que la hausse du SMIG au Maroc.

Cette situation jugée « inédite » par la FNPI, met en jeu l’intérêt des acquéreurs, la préservation des centaines de milliers d’emplois et l’équilibre de tout le secteur.

LA FNPI PROPOSE DES MESURES

Ceci a contraint la FNPI à entreprendre une série de mesures.

Sur le plan judiciaire et institutionnel, une réunion d’urgence devra être tenue avec le ministère de tutelle, une plainte documentée sera également portée au Conseil de la concurrence ainsi qu’une demande d’enquête qui sera introduite auprès du Conseil économique, social et environnemental et auprès du HCP.

En vue d’obtenir une « dimension administrative et d’aide à l’acquéreur », la FNPI inclut une demande de prolongation des conventions du logement social sur une période de 2 années, compte tenu de la difficulté d’approvisionnement et de la montée des prix.

La fédération a demandé également l’arrêt de l’application de la taxe sur les terrains non bâtis et la prorogation d’un an du délai des autorisations de construire compte tenu du manque de visibilité des opérateurs sur le secteur.

La FNPI réclame une réduction de 50% des frais d’enregistrement et de conservation foncière au profit des clients et acquéreurs dont le pouvoir d’achat a été considérablement impacté ces dernières années.

In fine, afin de lutter contre les ententes et les spéculateurs, la FNPI affirme avoir engagé un processus de création d’une centrale d’achat qui permettra de mutualiser les approvisionnements des opérateurs du secteur de la construction immobilière à des conditions d’achat et de règlement totalement optimisés et transparents, tant auprès des fournisseurs marocains que des importations directes de l’étranger.

Plus d’info ? NOURRESKA

 


En savoir plus sur Nourreska : L'immobilier Autrement

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Comparer les offres

Comparer
Vous ne pouvez comparer que 5 offres, toute nouvelle offre ajoutée remplacera la première de la comparaison.

En savoir plus sur Nourreska : L'immobilier Autrement

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading